Chèque de banque
Accueil > Guide > Chèque de banque

Les arnaques au chèque de banque

Les arnaques aux faux chèques de banque sont malheureusement une réalité fréquente. Bien qu’un chèque de banque offre des garanties supplémentaires par rapport à un chèque classique, il peut tout de même être l’objet de détournements de la part d’escrocs.

 

Un escroc tente d'arnaquer un particulier avec un chèque de banque

 

 

Les chèques ne sont jamais infaillibles

Il existe différents types de chèques, qui peuvent tous être la base d’escroquerie ou de fraude.

  • Le chèque sans provision : c’est le cas le plus classique. On vous remet un chèque, qui peut être tout à fait valide. Mais quand vous voulez l’encaisser, il ne dispose pas des fonds nécessaires.
  • Le chèque certifié : il s’agit d’un chèque sur lequel vous avez un tampon de la banque certifiant qu’il était provisionné le jour de son émission. Malheureusement, rien ne vous garantit que le compte ne soit pas vidé dans l’intervalle, et il est simple de forger un tampon. Ce n’est donc absolument pas une garantie fiable. De nombreux récits d’arnaques comportent la mention d’un chèque certifié.


Mais même avec un chèque de banque, qui garantit donc que la banque a bloqué les fonds mentionnés, vous n’êtes pas à l’abri d’une escroquerie.

Pour acheter ou vendre votre véhicule, 

utilisez PayCar !

Moyen de paiement pour véhicules d'occasion

Faux chèque de banque : du vendeur qui se fait tromper à la banque qui se fait tromper

Malgré la mise en place de dispositif de sécurité comme l’intégration d’un filigrane dans les chèques de banque, il est possible d’en forger des faux, qui vont jusqu’à tromper les banques. En effet, certaines combines rendent impossible de distinguer le vrai chèque de banque du faux avant son encaissement.

 

 

Ce n’est qu’au moment de réclamer le montant de la transaction à la banque émettrice que la supercherie est révélée. Ce qui laisse le temps à l’escroc de prendre le large, car le délai entre la réception du chèque par la banque et son encaissement peut aller jusqu’à 15 jours.

 

Dans ce cas, le vendeur n’a malheureusement que peu de recours car la banque n’est pas tenue responsable de l’argent engagé, ni d’établir des vérifications lors de la réception d’un chèque de banque.

 

Elle crédite donc votre compte en banque lors du dépôt du chèque, mais annule le versement une fois l’arnaque révélée.

 

 

Parfois les arnaques vont loin, et la banque émettrice elle-même confirme qu’il s’agit d’un chèque de banque valide.

De grands moyens pour de grosses arnaques

Les chèques falsifiés sont en réalité très rependus. Il en va de même pour les chèques de banque et les chèques certifiés. Étant donné la valeur que peuvent avoir certaines voitures d’occasion, les escrocs ne reculent devant rien pour arriver à tromper le vendeur.

 

Vol d’identité et croisement de plusieurs transactions :

 

Une escroquerie assez technique consiste à établir de faux chèques de banque. Ceux-ci sont suffisamment bien fait pour tromper le vendeur, ainsi que le banquier. Le temps que le chèque soit refusé par la banque “émettrice”, la voiture a déjà été récupérée par l’acheteur frauduleux, et revendue à quelqu’un de bonne foi, dont le chèque a été encaissé. Ou bien la voiture a complètement disparue.

 

 

Achat sur le Darknet de faux chèque de banque :

 

Le Darknet permet malheureusement à des gens mal intentionnés de se procurer tout ce dont ils ont besoin pour monter leurs escroqueries, dont de faux chèques de banque, avec les pièces d’identité correspondantes. Les faux chèques sont parfaitement imités, et comportent les données de véritables agences bancaires, ce qui leur permettent de passer les contrôles, et d’être encaissés par les banques.

 

De l’escroquerie à grande échelle :

 

Il s’agit parfois de véritables réseaux spécialisés dans le trafic de voitures, et qui fabriquent leurs chèques de banque. En 2013, un réseau de malfaiteurs a ainsi été arrêté. Une de leurs filières achetait des voitures de luxe à des particuliers en région parisienne, les payant par le moyen de faux chèques de banque. Les voitures étaient rapidement acheminées en Belgique. Le principal commanditaire de ce gang a avoué gagner ainsi plus de 15,000€ par mois depuis 2009.

 

 

Décryptage des trois procédés les plus courants

Voilà trois procédés qui peuvent être la base de ces arnaques aux chèques de banque :

 

  • – On peut par exemple vous présenter un véritable chèque de banque, mais dont les informations ont été partiellement modifiées (par exemple le nom de l’émetteur, ou le montant) ce qui le rend invalide, malgré ses apparences de vrai. Soyez donc particulièrement attentif à toute trace de grattage, tâche, écriture différente sur un chèque. Ce sont des signaux d’alarme.
  • – Il peut également s’agir d’une contrefaçon, plus ou moins bien réussie. L’addition d’un filigrane depuis 2009 dans tous les chèques de banque en a augmenté la difficulté, mais sans que cela soit impossible avec une bonne imprimante. Normalement, si vous prenez le temps d’appeler l’agence ayant émis le chèque de banque, vous pourrez ainsi déjouer ce genre d’arnaque. Dans ce cas, anticipez les horaires d’ouverture de la banque et cherchez vous-même le numéro de téléphone de l’agence.
  • – Dans un cas quasi impossible à détecter, les informations sur le chèque de banque sont exactes, mais le chèque lui-même est faux. Dans un premier temps, l’escroc contacte le vendeur d’une voiture, et se met d’accord sur le prix du véhicule. Il poste aussitôt une annonce proposant le même véhicule, pour le même prix, à la vente. Dès qu’il trouve un acheteur intéressé, il lui réclame un chèque de banque, établi au nom du premier vendeur, et se le fait scanner sous prétexte de vérification. Il fait suivre ce scan au vendeur, qui constate que ce chèque de banque existe véritablement auprès d’un conseiller bancaire. Mais le chèque qu’on lui fournira, et qu’il encaissera, sera faux.

 

Sécurisez le paiement de votre véhicule d'occasion avec PayCar.

Découvrir PayCar