Contrôle Technique
Accueil > Guide > Contrôle Technique

Nouveau contrôle technique: quels changements ?

 

Depuis le 20 mai 2018, la réglementation européenne relative au contrôle technique est entrée en vigueur en France. A présent, le contrôle technique répond aux mêmes directives partout en Europe. Celui-ci doit être réalisé dans le pays d’immatriculation du véhicule.

Au programme, un durcissement des règles pour l’automobiliste. Avant cette date, le contrôle technique des véhicules reposait sur 123 points de contrôle et 453 défauts potentiels, pouvant selon leur importance obliger le conducteur à faire des réparations.


Dans le cadre de la nouvelle réglementation, les centres devront désormais contrôler 133 points, ce qui pourra faire remonter jusqu’à 610 défaillances. Ces nouvelles mesures vont entraîner plus de contre-visites et augmenter le coût du contrôle technique.

Durcissement du contrôle technique en 2018

 

 

Cette année, il y aura un niveau de sanction supplémentaire avec la nouvelle catégorie des défaillances critiques. Le nombre des défaillances majeures augmentera jusqu’à 340 défaillances. Selon les professionnels du secteur automobile, on estime qu’il y aura désormais 2 contrôles sur 3 donnant suite à une contre-visite, contre 1 sur 3 auparavant. Les trois niveaux de sanctions seront organisés de la manière suivante :

 

– Les défaillances mineures seront au nombre de 139. Les véhicules devront être réparés sans obligation de passer une contre-visite.

 

– Les défaillances majeures pourront atteindre le nombre de 340. Les véhicules seront soumis à une contre-visite devant intervenir dans un délai de 2 mois maximum.

 

– On comptera désormais 127 défaillances critiques. Les véhicules seront alors autorisés à circuler du centre de contrôle au garage pour leur mise en réparation. En l’absence de réparations, les véhicules ne seront plus autorisés à circuler dès le lendemain.


Pour vendre votre véhicule, utilisez PayCar

Moyen de paiement pour véhicules d'occasion

Le niveau de défaillance critique : des réparations et une contre-visite le jour même.

Le nouveau niveau de défaillance critique obligera les propriétaires des véhicules à passer la contre-visite le jour-même après avoir fait les réparations. Un véhicule sur lequel il a été constaté une ou plusieurs défaillances critiques, ne pourra plus circuler dès le lendemain du contrôle. En cas de circulation constatée par les forces de l’ordre au-delà de ce délai, le conducteur s’exposera à une amende de 135 euros. On estime que ce nouveau seuil de défaillance pourrait concerner entre 3 et 5% des véhicules. A titre d’exemple, des pneus usés seront catégorisés en tant que défaillance critique.

Vers une augmentation du prix du contrôle technique.

En 2018, le prix du contrôle technique sera plus élevé. En effet, l’augmentation importante du nombre de points de contrôle et de défaillances , va faire grimper le coût de la prestation. Désormais, les contrôleurs seront amenés à consacrer plus de temps au contrôle des véhicules. Les centres de contrôle estiment qu’ils vont passer entre 15 et 20% de temps supplémentaire à l’examen des véhicules. Ce changement va directement se répercuter sur le prix du contrôle technique, avec une augmentation pouvant aller de 15 à 20%. A titre d’exemple, sur une prestation facturée 70 euros en moyenne jusqu’à aujourd’hui, l’automobiliste paiera maintenant 85 euros.


Il faut également s’attendre à un allongement de la durée des prestations de contrôle, avec un temps plus important les premières semaines suivant l’entrée en application des nouvelles mesures.

Pour vendre votre véhicule, utilisez PayCar

Moyen de paiement pour véhicules d'occasion

Sécurisez le paiement de votre véhicule d'occasion avec PayCar.

Découvrir PayCar